Quand je pose un message

Quand je pose sur ce blog un message, je le pèse afin de communiquer au mieux avec ceux qui me font la gentillesse de me lire. Certains approuvent, d'autres contredisent mon point de vue, mais toujours nous tentons de faire en sorte que nos échanges soient emprunts de courtoisie au moins, qu'ils soient fraternels souvent. Ainsi, nous échangeons sur les thèmes de la politique et de la géopolitique en faisant attention de ne pas heurter de front les sensibilités. Mais il y a un sujet qui heurte les consciences : le Moyen-Orient provoque souvent des réactions difficilement contrôlables.

Aborder le thème des gouvernements israéliens, de leur responsabilité d’Etat fort  poursuivant une politique de colonisation face aux Palestiniens demeurant sans Etat ; en déduire que l’espoir de paix (voire de survie en tant qu’Etat juif et démocratique) est de plus en plus précaire, voire même illusoire;  cela provoque la panique dans les rangs de la Communauté juive et 3 ou 4 personnes me demandent, au nom du ciel mais tous ne le disent pas, de les ôter de ma liste. Le ciel et moi les entendons : Amen, c’est fait et cela se fera encore !

Dire ce que je pense à mes amis Arabes ou musulmans avec lesquels je ne suis pas toujours en désaccord, ni toujours d’accord - sinon cela ne voudrait-il pas dire que nous ne sommes pas libre de parler franchement entre amis? - provoque la même proportion de demandes d'extraction. Constat troublant, les 3 ou 4 demandes proviennent de Niçois, de Bretons ou de Parisiens qui se sentent plus Palestiniens que les Palestiniens. Pourtant, je ne fais que leur demander, puisque nous militons ensemble justement pour vivre ensemble: "comment peut-on si allégrement s’entretuer au nom d'une même religion dans les pays à gouvernance musulmane, sous l'œil d'Allah?" Bien sûr, mes amis, chez nous en France, ne s'entretuent pas, Allah en soit loué! Seulement là-bas…! Alors je leur demande de crier sur la place publique ce qu’ils me disent à voix basse : qu'ils désapprouvent ces massacres, comme ils désapprouvent qu’au nom de leur religion prise dans ses différents rites et facettes soient massacrés des chrétiens ou des juifs au motif, précisément, qu'ils sont juifs ou chrétiens et donc incroyants au regard de l'Islam. Je leur demande de clamer leur refus d'être les otages des extrémistes et là, rien, ils lèvent les bras d'impuissance: "ici, en France, à Nice, nous  vivons ensemble!". 

*

Sur ma liste d'envoi qui dépasse les mille adresses, trois ou quatre de mes amis, pas davantage, décrochent la timbale de la discrimination négative - permettez-moi ce pléonasme - Et chacun, pro ou anti mais trop souvent anti jusqu'au racisme le plus vil, défendant avec acharnement soit Israël soit  la Palestine, affirme sans démontrer mais avec une belle constance que sont vrais ses propres dires et mensongers ceux des autres, quand bien même leur envoi serait la reprise d'une vidéo de propagande datant de quelques années déjà et aurait été démenti dix fois (ce qui n’a pas eu pour autant la conséquence de tuer le virus qu’il contient.) Ils se sont fait une spécialité d’être les transmetteurs d’autres transmetteurs qui, eux-mêmes, transmettent ce qu’ils reçoivent d’un transmetteur anonyme rarement neutre en politique, sans jamais vérifier leurs sources  (ce serait sans doute selon eux un crime à la Face de Yahvé ou d'Allah que d’oser, en tous cas un crime de lèse-Majesté) et ils  polluent de diverses façons nos boîtes de réception sans vergogne.

La première de ces pollutions est à l’évidence que ma boîte de réception devient trop pleine… de rien, de vent, mais un rien nauséabond, un vent  qui prend tant de place que cela en devient gênant. D'autant qu'avec le bouton "répondre à tous" nous assistons à la multiplication de la désinformation organisée. La deuxième est plus ennuyeuse car elle consiste, l’émetteur ne se donnant pas non plus la peine de vérifier ses envois du point de vue de la sécurité, j’hérite de ses virus, hameçonnages divers, espionnages en tous genres et de publicités variées pour des dessous féminins aguichants et même pour des nanas sans lesdits dessous.

La sagesse, connaissant mon ami émetteur pour avoir déjà reçu de sa part moult mails du même genre, serait de supprimer son message. Mieux, d’inscrire une fois pour toutes son nom dans la liste des courriers indésirables. Mais, et là est ma faiblesse, il s’agit peut-être d’un ami d’enfance ou d’un camarade de combat  que je ne souhaite pas perdre et d’autre part, il arrive que son dernier message, celui que je n’ai pas encore ouvert et qui m’agacera sans doute une fois déchiffré, tout comme les précédents, contienne exceptionnellement quelque vérité inédite. C’est rare, donc  c’est cher, mais jurez-moi que cela ne peut pas arriver ! Je vous donnerai, les prochaines fois un ou deux exemples du genre.

Je vous lance, mes amis, un appel à la retenue: vérifiez vos sources. Si, vous ne le faites pas, j'en déduirai que pour vous, transmettre sans vérification des mails incendiaires est un acte volontaire. Un acte antisémite pour les uns, un acte raciste pour les autres, une déclaration de guerre en tout cas, le contraire de ce que je voudrais que fasse mes amis. Le contraire du vivre ensemble.

 En attendant, soyez en paix vivez heureux. Bonnes fêtes de fin d'année à toutes et à tous.