Je suis informé d’une personne se référant de moi actuellement et demandant par mail que soient dénoncés les enseignants qui toléreraient que leurs élèves exécutent le geste de la quenelle. Sachez, amis, que cette affirmation n’est aucunement fondée. J’estime qu’une telle démarche tiendrait de la délation, acte que je déteste. L’enfant juif que j’étais – l’imparfait ne vaut que pour l’enfant – est passé au travers des mailles de la délation pourtant grassement payée dans les jours noirs de l’occupation allemande en France. La délation, même si elle est organisée avec les meilleurs intentions, est pour moi un acte incohérent, contre-productif et dangereux, car il s’oppose en tous points à la discussion, à la force de conviction et d’entente. Il conduit au fascisme. C'est une arme du communautarisme, avant-garde du racisme, de la haine, de jugements irréfléchis de la valeur de l’autre. Le vivre ensemble est la seule voie qui soit ouverte à l’humanité, si l’humain choisit la vie! Un piège m’est tendu ? Soit, je l’accepte et je parlerai donc de Dieudonné.

Ayant préalablement diffusé, en accord avec ses auteurs un texte appelant à un rassemblement niçois contre son « spectacle: Le Mur », mais les conditions ayant changé avec les décisions du Conseil d’Etat interdisant ledit spectacle, j’ai envoyé aux représentants des 4 cultes et 19 associations des Alpes maritimes qui composent l’Entente « Ensemble respectons-nous », le message suivant qui a pour objet d’annuler la rencontre. Ce texte a été approuvé à l’unanimité :

« Le Collectif des Alpes maritimes, « Ensemble Respectons-nous », collectif d’associations françaises civiles, culturelles ou/et cultuelles, mues par un même idéal humaniste, avait envisagé pour le 15 janvier 2014, un rassemblement républicain pour dire « Non à la haine raciste, antisémite et xénophobe ».

Suite aux décisions du Conseil d’Etat interdisant le « spectacle » de Monsieur Dieudonné successivement à Nantes, Tours, Orléans et Paris, et dans le but de faire cesser toute agitation dont la conséquence serait d’augmenter l’indice de popularité de ce pseudo artiste – en réalité un dangereux propagandiste de l’antisémitisme -, cette rencontre est annulée.

Nous demeurerons cependant vigilants et nous nous opposerons à tout acte, toute action, toute violence et toute provocation raciste, antisémite ou xénophobe, d’où qu’elle vienne. NON ! Monsieur M’BALA M’BALA (DIEUDONNE) ne détruira pas notre République et nos valeurs républicaines. OUI ! Nous poursuivrons notre combat pour le VIVRE ENSEMBLE.

Pour le Collectif Ensemble Respectons-nous »

*

Est-ce à dire que j’emboîte le pas de ceux que seule la peur de propulser Dieudonné vers un triomphe immérité qui serait celui du crime, car le racisme est un crime ; à ceux qui vitupèrent les « fidèles de l’artiste » parmi lesquels la plupart ne seraient venus que pour « se marrer » sans réfléchir aux conséquences pourtant prévisibles qu’ils produiraient en soutenant une infime minorité racistes ? Non, allons plus loin dans l’analyse, une analyse que je ferai en plusieurs points :

1)    Dieudonné et le marketing.

2)    Jugement de valeur sur l’individu? La folie comme moteur du racisme ou l’homme responsable de ses actes ?

3)    Peut-on rire de tout ? Le langage et les gestes du racisme. Information et provocation, la liberté d’expression a-t-elle des limites ? Est-il interdit d’interdire ?

4)    Organisation de sa propre insolvabilité et ne pas payer ses impôts dans son pays.

5)    La notion d’antériorité, quand  à juste raison on se targue d’antiracisme, permet-elle d’avoir un langage « assassin » contre un ministre de l'intérieur qui prend aujourd-hui des mesures contre un spectacle antisémite et prendrait sans doute les mêmes mesures contre tout spectacle raciste ?

Chacun de ces points fera l’objet d’un message séparé dans mon blog. Vos nombreux commentaires, que j'espère, permettront de cerner les avantages et les inconvénients de la libération sans pareille de la parole, telle que nous la vivons dans notre République.

Dieudonné du point de vue marketing

Votre fabricant de voitures ou de laitages, auquel vous êtes fidèle et qui, supposition gratuite,  vous faisait rire de surcroît,  ne propose soudainement que des produits daubés ou dépassés ? Ce faisant, il altère son image de marque. Vous pouvez, comme c’est le cas aujourd’hui - avec un certain vague  à l’âme - trouver des constructeurs et producteurs concurrents plus sérieux ou mieux placés dans leur rapport qualité/prix, et donc choisir leurs produits. Mais si votre ex fournisseur s’emploie de nouveau à vous satisfaire - rapidement, avant qu’il ne soit totalement oublié (notoriété) -, son image se redressera et vous pourrez retourner à lui. Les spectacles sont des produits que vous proposent les artistes.

J’ai appris, et appliqué dans ma vie professionnelle le concept marketing faisant la différence entre l’image de marque et l’indice de notoriété. La première se gagne jour après jour par la qualité des produits et services offerts à la clientèle, cela prend du temps, c’est l’obligation d’une continuité, c’est difficile ! La seconde vient tout naturellement si précisément l’image de marque tient. Elle peut aussi, plus exceptionnellement, venir sur un coup d’éclat bien médiatisé, sans que l’image de marque ne progresse d’un iota, mais dans ce cas-là, elle est fragile. En un mot, l’image de marque est difficile à installer et ne dure que tant que l’on satisfait les exigences de son public, alors que la notoriété s’incruste dans les esprits, mais s’effacera dans le temps si vous avez altéré votre image, plus vite encore si elle ne repose sur rien.

N’est-ce pas ce qui est arrivé à Dieudonné au temps où il faisait ses duos avec Elie Semoun? Le duo  s’était construit une superbe image  basée sur le rejet du racisme et de l’antisémitisme – pensez, un juif et un noir devisant sur scène ! L’indice de notoriété grimpant, les deux partenaires en avaient bénéficié, ensemble et chacun ! Mais voilà que l’un des partenaires, Dieudonné, peut-être le meilleur combattant de l’antiracisme, tourne le dos à toutes ses valeurs. Du coup, il déçoit, plus personne ne parle de lui, il est oublié. Cela dure de longues années… et le voilà antisémite, car il faut bien que ce soit de la faute à quelqu’un ! Son ancien associé ? Les juifs ? Une aubaine pour les vrais antisémites et voilà leur coup de génie médiatique ! L’ancien champion de l’antiracisme, l’ex adversaire du Front National lors d’élections municipales à Dreux, enfourche les thèses du communautarisme et pratique les amalgames : juifs = Israël = sionisme = la Shoah y en a marre = les fours et les fours... dommage ! Il est désormais soutenu par cet autre « humoriste » qui grinçait d'un oeil et traitait les crématoires de "détail de l’histoire". Tous deux seront du reste condamnés à plusieurs reprises pour leurs propos antisémites. Amis, vous connaissez tout cela, les média qui se délectent à ce sujet s’en sont fait l’écho.

Curieusement, cela me fait souvenir d’un certain Mouloud Aounit – paix à son âme – qui, secrétaire Général – Président et porte-paroles du MRAP, minimisait avec sa faconde habituelle les actes antisémites – surtout s’ils émanaient des banlieues défavorisées, car là, disait-il, il pouvait les comprendre ! – sur les plateaux de télé et à la radio où il revendiquait la  viande Hallal aux cantines et le foulard à l’école. Le MRAP a-t-il réellement changé d'attitude? Certes il condamne Dieudonné aujourd'hui, mais se croit obligé de rappeler que "les propos incriminés ont déjà été dénoncés par le MRAP dans son communiqué du 3 juin 2009 dans les termes suivants : Quand Dieudonné répond à des injures racistes par d'autres injures racistes, antisémites au cas particulier, cela montre les limites de la vraie nature de son pseudo combat". Y a-t-il là la moindre condamnation? Non! C'est plutôt l'art de poser le bémol habituel dès lors qu'il s'agit d'antisémitisme sur la condamnation à laquelle le MRAP est contraint aujourd'hui de faire chorus. Rappelons-le, ce n'est pas Dieudonné que le Conseil d'Etat a condamné, mais son spectacle Le Mur qui n'existait pas en 2009, alors, quid des propos déjà dénoncés en 2009? Nous sommes en 2014, Le MRAP n'a-t-il pas de références moins anciennes à fournir? Ensuite, l'attitude actuelle de Dieudonné ne serait qu'une réponse, mais une réponse à qui? Le MRAP, pourtant spécialiste de procès en tous genres peut-il produire des jugements obtenus pour injures raciales contre Dieudonné? Non! Mais il poursuit ses condamnations en demi teinte pour les actes antisémites. J’ai produit, alors, un livre sur le MRAP – sur le MRAP et non contre le MRAP -, "Grandeur et misères de l'antiracisme, la MRAP est-il dépassé" que je vous fournirai à la demande, je n’en produirai aucun sur Dieudonné.

Revenons à la notion marketing: le spectacle de Dieudonné  contient des injures et menaces antisémites aussi bien qu'une nostalgie du nazisme. Il altère j'image de marque de l’artiste. Ce dernier comprendra-t-il un jour son erreur. S’il ne la comprend pas grâce à la magnifique réaction populaire aidée par les tribunaux et le gouvernement actuel, il ne pourra pas dire qu’il ne savait pas et il aura fait son malheur. Tout seul ? Non ! Manipulé, lui qui se prend pour un manipulateur, par une frange de vrais racistes et antisémites au premier rang desquels se trouve Monsieur Soral, imitateur (le talent en moins) du Céline d’avant. Dieudonné  a déjà il dit qu’il abandonnait son spectacle « Le mur » et annonce qu’il se produira autrement. Est-il crédible quand déjà il a menti en la matière, notamment en promettant de ne pas chanter sa shananas ? Non seulement il a chantée mais encore qu’il a faite chanter à tout son public ?  Faisons de prudentes réserves.

Je désespère moins des spectateurs qui ne souhaitaient voir ses spectacles que pour se "marrer", car je sais que le peuple de France n’est ni raciste ni antisémite, il l’a prouvé durant la seconde guerre mondiale. Certes il y a en France des antisémites, mais il y en avait aussi durant l’occupation et si nous connaissons leur triste bilan, c’est que nous connaissons notre triste destin. Pourtant, souvenons-nous : qui l’a emporté ?

Cela fait 8 ans que cela dure avec Dieudonné. Pour lui c'est la limite à ne pas dépasser, car en perdant son image de marque, il perdra sa notoriété et il ne reviendra pas. Son combat Dieudonné aujourd’hui doit le mener contre Dieudonné, contre les idées et beaucoup moins contre l’homme. S’il le veut ! S’il le peut encore car il est difficile de ne pas glisser quand on vous a installé sur une planche savonneuse et que vous en êtes tout fier. Fassent nos critiques l'y aider. J’ai aimé l’homme, l’humoriste, le militant antiraciste autant que je déteste le pantin articulé, le propagandiste du nazisme, l’antisémite. Taisons-nous désormais, ne serait-ce qu’un temps, pour l’aider à remporter la seule victoire qui vaille et qu’il est le seul à pouvoir emporter sur lui-même, celle de la démocratie républicaine française. S'il pert cette bataille, on ne parlera plus de Dieudonné l'artiste, l'artiste sera mort. Mais sans doute restera-t-il l'homme politique, le propagandiste de la haine raciale.

Alors le peuple de France répondra présent. NON ! Monsieur M’BALA M’BALA (DIEUDONNE) ne détruira pas notre République et nos valeurs républicaines. OUI ! Nous poursuivrons notre combat pour le VIVRE ENSEMBLE.

(a suivre:) Jugement de valeur sur l’individu? La folie comme moteur du racisme ou l’homme responsable de ses actes ?